Stage de pilotage Ferrari

Feed Rss

Ferrari 500 F2 – monoplace de Formule 2

stage de pilotage Ferrari 500 F2Ferrari 500 F2 de Formule 2. Elle a participé avec la Scuderia Ferrari au championnat du monde de Formule 1 en 1952 et 1953. elle a également été la première Ferrari à être conçu avec un moteur autre que le 12 cylindres jusqu’a present utilisé chez Ferrari. C’est avec cette voiture qu’ Alberto Ascari a remporte le championnat des pilotes en 1952 et 1953.

A la fin de l’année 1951, avec le retrait de la course d’Alfa Romeo, il n’y avait sur les grilles de départ des course de F1 que quelques voitures engagées pour la course. C’est pour cette raison, qu’avant le début de la saison de 1952, la FIA avait annoncé que pour l’année suivante et les Ferraris seraient autorisés à courir en Formule 2 conformement aux nouvelles réglementations, une catégorie qui a vu la participation d’équipes comme Gordini, Cooper, Maserati et Ferrari. La scuderia fût l’une des rares équipes préparée pour les nouvelles exigences de la F1, les Ferrari était juste qu’au début de 1951 peu compétitives, le changement viendra avec la nouvelle 500 F2.

Plutôt que de modifier le moteur 12 cylindres utilisé dans la catégorie F2 166 ou au-dessus de la Formule 1, Aurelio Lampredi a décidé de concevoir une

stage de pilotage Ferrari 500 F2

nouvelles voiture de toutes pièces avec un moteur quatre cylindres de 2000 cc et cc 2500 qui entrerait sur les lignes de départ en 1954. Au printemps de 1951, le moteur 2000 cc était prêt et les premiers essais fûrent concluants. Les premiers tests ont révélé que le moteur 4 cylindres etait plus efficasse que le moteur 12 cylindres. Avec une taille équivalente, le quatre cylindres avait plus de couple et ne pesé que 45 kg, il avait un meilleur rapport poids puissance de 15% et pourrait compter sur moins de 65% de pièces mobiles. La puissance était de 165 ch à 7000 tr / min, et monterait jusqu’ à 200 ch avec les changements au fil du temps. Le faible encombrement du moteur par rapport à un 12-cylindres a également permis d’obtenir une meilleure répartition du poids grâce à la boîte située sous le siège du conducteur.

Au cours des deux années qui ont vu la F2 500 sur toutes le lignes de départ des courses les plus prestigieuses, elle n’a subi que très peu de changements. Mis à part le moteur dont la puissance s’éleva jusqu’a 200 ch, le plus important changement a consisté en une museau allongé, pour une meilleure aérodynamique, pour une utilisation dans les circuits à haute vitesse. Mais en dehors de ces modifications mineures, la voiture n’a pas subi aucun changement car elle a été le meilleur compromis entre le poids et la puissance, entre la forme et le fond.

Le début de la F2 500 il y a eu un Modène GP 1951 (non valable pour la Coupe du Monde) à la roue avec Ascari et Villoresi. Le premier a remporté la victoire face à Gonzalez Froilan, qui conduisait une 166 F2, tandis que le second a été contraint à l’abandon.
Ascari et Villoresi en action lors des courses Grand Prix d’Italie 1952 L’anno prochaines sanctionné pré-saison à partir du début de la supériorité de l’Ascari 500 F2 gagné avec à Syracuse, Pau et Marseille à la roue tout en Farina a été imposée à Naples. La saison de Formule 1 1952 a ouvert avec le Grand Prix de Suisse, qui n’a pas participé parce Ascari s’engage à se familiariser avec l’Indianapolis Motor Speedway [1] et avec l’Indy 375. La course inaugurale a été remporté par Piero Taruffi toujours en avance sur Rudi Fischer, tous deux de 500 F2. Le reste de la saison pour Ascari, toujours au volant de la F2 500, fut un triomphe et a gagné facilement en imposant le monde dans toutes les compétitions sous: Belgique, France, Grande-Bretagne, Allemagne, Hollande et Italie. A la fin de la saison sont placés derrière le pilote de Milan, également sur 500 F2, la farine, et Rudi Fischer Taruffi d’Ecurie Espadon.

L’apparition de la saison 1953 a été plus ou moins les mêmes que l’année précédente, malgré la Maserati était devenu plus compétitifs grâce à l’A6 GCM, qui est maintenant plus puissant que la Ferrari, mais dans son ensemble était moins pour la tenue de route et le freinage . En 1953, le 500 F2 Ascari remporte le GP des Pays-Bas, Belgique, Grande-Bretagne et en Suisse, avec Mike Hawthorn Grand Prix de France. La seule course officielle qui a vu la victoire de la 500 F2 [2] a été le Grand Prix de Monza où Ascari et Farina ont été impliqués dans un accident dû à un doublage et Fangio a pu facilement les surmonter. Farina, cependant, a terminé la course en deuxième position devant Villoresi et Hawthorn, le tout sur 500 F2. A la fin de la saison Ascari est diplômé de retour devant le champion du monde Fangio, le seul non-pilote Ferrari dans les cinq premiers dans le monde.

 

Les caractéristiques techniques de la Ferrari 500 F2

 

■ Moteur : moteur Ferrari en ligne de quatre cylindres
Appelation : Ferrari Type 500
La cylindrée en cm3 : 1985
Alésage/course en mm : 90×78

 

■ Distribution : double soupape pour chaque cylindre
Puissance : 185 à 200 ch (en 1957) à 7500 tr/min
Régime Maximum : 7 500 tr/min en 52 puis 7800 tr/min à partir de l’année 53

 

■ Transmission :
Boîte de vitesses en ligne.
Nombre de vitesse : 4 rapports + marche arrière.
Propulsion par pont arrière

■ Châssis et bas de caisse :
Châssis tubulaire et traverses en acier.
Distance entre l’essieu avant et l’essieu arrière en mm : 2197
Empattement avant : 1 308 mm
Empattement arrière : 1 245 mm
Poids en kilo : 559,8
Capacité du Réservoir en litre : 150
■ Ammortisseur :
Ammortisseur avant indépendant à quadrilatères et leviers.
Ammortisseur arrière avec levier transversal.
■ Roues avant et arrière :
Jantes et pneus de 16 pouces.
Pneu officielles : Pirelli.
Pneu privées : Pirelli, Dunlop, Englebert, Avon
Marque de l’essence et de l’huile en Grand Prix : Shell

Comments are closed.